Cela peut sembler surprenant, mais la relation entre l’Autòdrom et le monde équestre n’est pas une nouveauté. Au cours de nos recherches sur l’histoire de l’Autòdrom Terramar, nous avons découvert des plans qui montrent l’intention originale de Francesc Armengol d’inclure les sports équestres dans son projet pour le circuit.

Avant l’été, à l’occasion de la présentation du projet de revitalisation de l’Autòdrom à nos voisins de Rocamar, nous partagions sur ces pages quelques informations sur l’avenir du circuit. Nous avions présenté alors les deux piliers du projet. D’un côté, le sport équestre, et de l’autre, le monde de l’automobile. Il est en effet prévu d’une part la création d’un circuit hivernal de saut d’obstacles. Une série d’évènements de différents niveaux, totalement ouverts au public, et qui verront certains des meilleurs cavaliers européens s’affronter sous le soleil de l’Autòdrom. D’autre part, le circuit continuera à accueillir de nombreux évènements liés au monde de l’automobile, telles que des présentations de nouveaux modèles ou de marques. Il est curieux de penser que Francesc Armengol, il y a pratiquement 100 ans, avait déjà pensé à faire cohabiter ces deux activités.

Il y a quelques jours, l’équipe de GRANDPRIX – l’entreprise derrière le projet de revitalisation – a ainsi découvert avec etonnement dans les archives de l’Autòdrom un plan original daté de 1922, soit exactement un an avant l’inauguration du circuit. Celui-ci montre clairement l’intention de créer un hippodrome de courses au sein de l’espace central de l’oval. Bien que le projet de GRANDPRIX se consacre uniquement aux disciplines olympiques (notamment le saut d’obstacles) et non aux courses, le cheval semblait bien être  au coeur de l’idée originale des promoteurs de l’Autòdrom. Un lieu décidément magique qui n’a pas fini de nous surprendre..