Notre enquête sur l’histoire de l’Autòdrom Terramar continue. Aujourd’hui, nous nous retrouvons sur la grille de départ du circuit pour découvrir un des joyaux oubliés de l’Autòdrom, le Clot des Frares.

Nous savons peu de choses des premiers jours du Clot dels Frares. Les premières références écrites sur le site datent du XIVème siècle. On peut dater cependant la construction de la maison et de la tour adjacente entre le XVème et le XVIème siècle. C’est précisément à cette époque que le site reçut le nom de “Clot dels Frares”, La Fosse des Frères en catalan, la maison appartenant alors à la Compagnie de Jésus. On sait, de plus, que l’ordre religieux utilisa la maison comme lieu de repos pour ses membres les plus âgés. Après plusieurs siècles sous le contrôle de l’ordre fondé par Ignace de Loyola, le lien unissant le Clot à la communauté religieuse fut rompu au début du XXème siècle, date à laquelle le Père en charge du Clot dels Frares le vendit à Francesc Armengol, promoteur de l’Autòdrom Terramar, dont les travaux commencèrent en 1922.

A titre d’anecdote, un passage souterrain connectait (et connecte toujours?) la tour du Clot dels Frares avec un point plus avancé vers le littoral, une pratique habituelle pour les structures défensives de l’époque.

A l’avenir, et avec l’idée de toujours préserver le patrimoine historique du Clot, Grandprix, l’entreprise en charge du projet de revitalisation de l’Autòdrom Terramar, prévoit de restaurer le Clot dels Frares.