Après la trève estivale, l’Autòdrom Terramar a, comme le reste de Sant Pere de Ribes, repris son activité. Alors que la “Fiesta mayor” de la ville a rassemblé les foules au début de l’été, nous voulions aujourd’hui rendre hommage à la municipalité qui nous héberge.

La ville telle qu’on la connaît aujourd’hui n’a pas grand chose à voir avec ce que l’on peut observer sur les premières photographies historiques. Jusqu’à la fin du XIXème siècle, Sant Pere se résumait à quelques “masias” eparses au pied du massif du Garraf, sans que celles-ci ne forment même un noyau urbain à proprement parler.

A l’image du reste du pays, c’est la révolution industrielle qui va transformer durablement le paysage de la ville. A Sant Pere de Ribes, l’impact le plus remarquable se trouve certainement dans la création d’un patrimoine architectural unique, qui, par bonheur a survécu au temps et perdure jusqu’à aujourd’hui. Le Garraf compte en effet parmi les oeuvres les plus emblématiques du modernisme catalan, comme le Celler Güell, conçu par Gaudí, ou Can Punxes, qui se situe précisément sur la commune de Sant Pere de Ribes, construit par un “indiano” de retour d’Amérique au début du XXème siècle. C’est également à cette époque que Francesc Armengol, un riche entrepreneur du textile barcelonais, se rapprocha de Sant Pere avec l’idée de construire une “ville jardin”, un concept urbanistique qui envisageait le développement d’un espace urbain totalement intégré dans son environnement, à proximité de la mer. C’est ainsi que vit le jour toute une série de vastes bâtisses de style moderniste qui furent utilisées comme résidences estivales par la bourgeoisie barcelonaise. Et c’est à la suite de ce projet et de la naissance de la “Ciutat Jardí de Terramar” que Francesc Armengol a chargé Frick Armangué de la construction de l’Autòdrom Terramar, afin de pouvoir offrir un divertissement à cette nouvelle population.

Aujourd’hui, la ville de Sant Pere de Ribes compte plus de 30 000 habitants, ce qui en fait la 2ème ville la plus peuplée du Garraf derrière Vilanova i La Geltrú et un pôle économique d’importance de la métropole de Barcelone. De plus, au cours des dernières années, la ville s’est attaché à développer son offre culturelle et de loisirs, avec par exemple le lancement de la fête des indianos, aujourd’hui l’une des fêtes thématiques les plus importantes de Catalogne. Cette année, le Festival Jardins de Terramar, organisé à cheval sur les territoires de Sitges et de Sant Pere de Ribes, a rassemblé près de 20 000 personnes.

Quant à nous, l’Autòdrom Terramar, nous nous efforçons de continuer à travailler pour apporter notre pierre à l’édifice collectif que représente Sant Pere de Ribes, dont nous partageons depuis toujours la géographie, l’histoire, et le destin.