Après l’anecdote du baiser de la mort que nous vous relations il y a quelques semaines, nous vous contons aujourd’hui un autre des multiples exploits du pilote italien à l’Autòdrom Terramar.

Bien qu’il ait récolté la plupart de ses succès sportifs au volant d’une Alfa Romeo P3, Tazio Nuvolari a également connu une brillante carrière de pilote de moto. L’italien a en effet obtenu pas moins de 95 victoires sur les circuits du monde entier entre 1924 et 1930, aux commandes de sa mythique Freccia Celeste (la Flèche Bleue), une Bianchi 350. Et c’est bien à l’Autòdrom Terramar, grâce à l’une de ses plus grandes acrobaties à moto, que Nuvolari est devenu il mantovano volante, le mantouan volant…

Nous savons que Nuvolari aimait à s’entrainer sur l’Autòdrom Terramar, comme nous le relations dans notre précédent article. Le pilote, qui courrait souvent au guidon d’une Borgo, avait pour habitude de régaler régulièrement le public présent de quelques acrobaties spectaculaires. Il lui arrivait par exemple de prendre le virage nord de l’autodrome pour un half-pipe et de sauter à plusieurs mètres de hauteur au-dessus de la courbe. La dextérité que requiert une telle manoeuvre – contrairement au half pipe, il n’y a pas de pente de l’autre côté de la courbe pour décélérer – la rend très difficilement reproductible aujourd’hui.

Il ne faut aucun doute que Nuvolari, pour son incroyable habileté et sa créativité hors-norme, fut un pionnier du sport automobile et une véritable star de sa génération. Un homme à l’allure trompeuse, comme le rappelle le grand Enzo Ferrari dans ses mémoires: “La première fois que j’ai vu Nuvolari, c’était en face de la Basilique Saint-Apollinaire, à Classis, près de Ravenne, à l’occasion de la 2ème édition du Circuito del Savio. Dans un premier temps, je n’ai pas du tout prêté attention à ce bonhomme petit et mince, mais durant la course, je me suis rendu compte que ce “bonhomme” était le seul à pouvoir rivaliser avec moi. Il fut même à deux doigts de me voler la victoire ce jour là“.