Depuis le début de l’année, la presse locale et nationale a évoqué de manière récurrente l’Autodrome de Terramar, à Sant Pere de Ribes. La raison? Le projet de revitalisation qui se met en place sur l’espace. Un projet intégré et respectueux de l’histoire quasi centenaire du site. Aujourd’hui, nous en parlons avec Vincent Goehrs, directeur du projet.

GP: Bonjour Vincent. En premier lieu pouvez-vous nous dire un mot sur ce qu’est le groupe GRANDPRIX?

V.G.: GRANDPRIX est un groupe de média et d’évènementiel franco-espagnol, avec une longue expérience dans le domaine equestre. Notre groupe compte plus de 40 collaborateurs répartis dans 10 pays. Nous organisons des évènements dans les lieux phares du sport equestre, comme Paris, Deauville ou Fontainebleau.

GP: Quelle est l’idée de GRANDPRIX à Sant Pere de Ribes?

V.G.: Le projet de revitalisation de l’Autodrome de Terramar repose sur 2 grands piliers, le monde de l’automobile et les sports equestres. D’un côté, nous envisageons de créer un circuit hivernal de saut d’obstacles. Une série de concours internationaux de haut niveau, totalement ouverts au public, durant les mois où le froid ne permet pas la pratique equestre dans le reste de l’Europe. Nous aménagerons pour cela une série d’esplanades multi-fonctions à l’intérieur de l’Autodrome, qui pourront accueillir tantôt des compétitions equestres, tantôt des activités de loisirs ou culturelles, comme des marchés ou des expositions temporaires. D’autre part, le circuit pourra accueillir une série d’évènements centrés autor du monde de l’automobile durant la période estivale, comme par exemple des présentations de nouveaux modèles ou des expositions de modèles classiques. De fait, l’Autodrome accueille déjà des évènements automobiles de référence. C’est en effet à l’Autodrome que Seat a choisi de lancer en février dernier sa nouvelle marque Cupra.

“L’AUTODROME EST UN ANNEAU SACRÉ QUE NOUS DEVONS PAR DESSUS TOUT RESPECTER”

 

GP: Que signifie ce projet pour GRANDPRIX?

V.G.: Cela fait maintenant plus de deux ans que nous sommes arrivés à l’Autodrome de Terramar, dans le but d’initier une nouvelle étape dans notre développement. L’idée est de construire un site qui nous soit propre: un lieu accueillant, chaleureux, polyvalent et parfaitement intégré à son environnement.

Ce site a une histoire, et l’histoire n’a pas de prix. L’Autodrome est un anneau sacré que nous devons par dessus tout respecter. Le circuit est au coeur de notre projet. Nous devons le mettre en valeur et, surtout, le préserver. Gérer l’Autodrome de Terramar est, avant tout, une immense responsabilité.

GP: Pourquoi avoir choisi l’Autodrome?

V.G.: Nous sommes tombés amoureux de ce site au premier regard. D’une part, son emplacement est unique. L’Autodrome se situe à une petite demi-heure de Barcelone, à quelques centaines de mètres de la plage. D’autre part, il s’agit d’une pièce unique du patrimoine automobile espagnol. C’est le plus vieux circuit oval du monde à n’avoir jamais été retouché! Il date de 1923. Il est à peu près contemporain du circuit de Monza, en Italie. Je vous recommande d’ailleurs de faire un tour sur le site internet officiel du circuit, vous y trouverez beaucoup d’anecdotes historiques sur le circuit!

“LE PROJET EST EN TRÈS BONNE VOIE”

 

G.P.: Comment le projet est-il perçu par la municipalité?

V.G.: Nous pouvons compter depuis le début sur le soutien de la mairie qui s’est toujours montrée disposée à nous aider, et qui a collaboré de manière proactive pour que ce projet se concrétise. Cela fait plusieurs années que nous travaillons en bonne entente.

GP: A quelle phase se trouve le projet aujourd’hui?

V.G.: Après avoir reçu l’aval de la Commission Territoriale d’Urbanisme de Barcelone il y a plusieurs mois, le projet a reçu le 27 novembre dernier l’approbation initiale de la part du conseil municipal de Sant Pere de Ribes. Le projet est en très bonne voie.

GP: Alors… Quel est le calendrier?

V.G.: Nous validons les étapes une par une, mais il nous reste encore du chemin…